OUTIL N°9 – 15 PHRASES A DIRE POUR CULTIVER L’INTELLIGENCE EMOTIONNELLE

Partager l'article
  • 1
  •  
  •  
  •  
Cet article s’inscrit dans le cadre du défi “30 jours, 30 outils pour aider votre loupiot à gérer ses émotions”. Le défi commence ici !
Belle lecture

L’intelligence émotionnelle, ou l’intelligence du cœur (je trouve ce terme plus joli, plus parlant et plus percutant ! ) est la façon dont nous identifions et gérons nos propres émotions et réagissons aux émotions des autres.

Elle nous permet de mener une vie plus harmonieuse.

La confiance, l’empathie, la maîtrise de soi, l’optimisme, la compréhension et la gestion de ses émotions mènent un enfant sur le chemin de l’épanouissement et du bonheur.

15 phrases à dire pour développer l’intelligence émotionnelle :

  1. « A quel endroit de ton corps ressens-tu cette émotion ? »
  2. « Quelle couleur donnerais-tu à ton émotion ? » Donner une couleur à une émotion permet de la visualiser et donc de l’apprivoiser.
  3. « Tes émotions sont utiles ». Elles aident à identifier nos besoins et à les satisfaire, et elles sont utiles à la prise de décision.
  4. « Tu peux exprimer tes émotions sans violence et si c’est difficile, je suis là pour t’aider. » Votre loupiot se sentira alors sécurisé car accompagné.
  5. « Les émotions sont passagères. » Elles nous font souvent réagir sans réfléchir. Bien que parfois très intenses, elles finissent toutes par s’estomper comme elles sont venues (ce qui rassure lorsque l’on ressent de la tristesse ou de la colère !)
  6. « Si tu exprimes régulièrement ce que tu ressens et comment tu te sens, tu seras plus heureux. » Cela évite l’effet soupape et l’explosion.
  7. « C’est normal de ressentir des émotions. Tout le monde en ressent. » On est tous dans le même bateau ! Si on ne ressent rien, c’est qu’on est mort !
  8. « Je me sens… » Exprimez vous aussi ce que vous ressentez à l’instant T face à votre loupiot. Cela lui donnera un bon exemple à suivre.
  9. « Ce que nous disons et ce que nous faisons entraînent des émotions chez les autres. » L’empathie est l’un des piliers de l’intelligence émotionnelle. Il est important qu’un enfant puisse être capable de comprendre les sentiments des autres. Grâce à l’empathie, votre loupiot prendra conscience de l’effet négatif ou positif que peuvent avoir ses actions ou ses paroles.
  10. « Tu as le droit de ressentir… mais tu dois l’exprimer » cela rejoint la phrase 6
  11. « Je comprends que tu ressentes… » Si vous faites preuve d’empathie, il suivra votre exemple. A condition de vraiment comprendre !
  12. « Taisons-nous et écoutons ce qu’il y a en nous » –> le silence est une compétence à développer chez les enfants . Apprendre à son loupiot à profiter et écouter le silence externe et à s’écouter soi-même lui donne des avantages dans la vie. Il sera capable de réfléchir et d’écouter son intuition (ce qui est un vrai trésor !)
  13. « Je t’écoute ». Votre loupiot saura que vous donnez de l’importance à ce qu’il ressent et à ce qu’il est. Cela favorise grandement la confiance en soi.
  14. « C’est vrai que ce n’est pas marrant. » Il est primordial de ne pas minimiser ou juger ses émotions désagréables telles que la colère, la tristesse ou la peur. Pour les accepter et les surmonter, votre loupiot a besoin d’être pris au sérieux sans être dévalorisé.
  15. « Qu’est-ce que tu te dis dans ta tête ? Qu’est-ce que tu sens dans ton cœur ? » L’accompagner sur le chemin de sa réflexion, de ses interrogations et de ses solutions lui permet de développer son pouvoir personnel.

 

« Le sentiment d’identité se fonde sur la conscience de soi et de ses émotions. Si l’enfant n’a pas le droit d’exprimer ce qu’il ressent, si personne ne l’écoute dans ses larmes, dans ses rages, dans ses terreurs, ni ne valide ses sentiments, ni ne confirme que son ressenti est juste, alors il peut aller jusqu’à effacer la conscience de ce qu’il éprouve vraiment. Soit il ne ressent plus rien à l’intérieur de lui, soit il installe en lui une émotion « autorisée » à la place de sa vérité émotionnelle. » – Isabelle FILLIOZAT –

Les phrases à éviter :

  • « Non mais ça va pas de se mettre dans un état pareil ! » cela équivaut à lui reprocher de ne pas savoir se contrôler et se maîtriser.
  • « Tu as fais pipi au lit. Tu es vraiment un bébé ! » « Arrête de pleurer comme une fille ! » Surtout si c’est dit en public, c’est très humiliant !
  • « Après ce que j’ai fais pour toi, c’est comme ça que tu me remercie ? » C’est comme chercher à le faire culpabiliser sur ses réactions.
  • « C’est pas grave ! » C’est minimiser ce qu’il ressent et ne pas le considérer à sa juste valeur.
  • « Ta sœur était moins pénible que toi au même âge. » C’est lui donner un sentiment d’infériorité et entacher sa confiance en lui.

« Les mots sont des fenêtres ou des murs » – Marshall ROSENBERG

En ce qui me concerne, j’ai juste envie de vous dire MERCI de faire partie de cette aventure et de contribuer à changer le monde…

Belle lecture!

Avec gratitude,

Claire

A demain…

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :