REDONNONS A NOS ENFANTS LE DROIT DE PLEURER

Partager l'article
  • 1
  •  
  •  
  •  

bébé pleure

Pourquoi Bébé pleure?

Le bébé qui n’a pas encore la capacité de s’exprimer grâce à la parole n’a, à sa naissance que ses larmes pour se faire comprendre. C’est la seule façon pour lui de nous faire comprendre qu’il a besoin de quelque chose. On estime qu’un bébé en parfaite santé, qui n’a pas de besoins particuliers et n’éprouve pas de souffrance physique ou psychologique, pleurera facilement quelques heures par jour!

Même s’il sera toujours impossible pour nous, adultes, de savoir exactement ce qui se passe dans la tête de nos loupiots, il est important de comprendre que ces pleurs peuvent avoir différentes significations, et qu’il est possible de les déchiffrer. En tant que maman, il est possible que grâce à votre instinct vous ayez déjà réussi à différencier certains pleurs, comme par exemple, ceux de faim et ceux de douleur.

Un bébé/enfant ne pleure jamais pour rien. Savoir accueillir avec bienveillance ce « message » est une des clés de son épanouissement présent et futur.

Fiez-vous à votre instinct, car personne ne connaît mieux votre loupiot que vous. Ne faites pas attention aux idées toutes faites comme par exemple : « Laisse-le pleurer, il développe ses poumons », « C’est juste un caprice », « Il te manipule pour rester dans tes bras » Smile

Un nourrisson ne pleure jamais pour manipuler, son cerveau n’est pas assez mature pour cela. Le consoler chaque fois qu’il pleure l’aidera à devenir plus calme et moins inquiet. Cela renforcera son sentiment de sécurité et d’affection. Notre façon de réagir conditionne les premiers liens d’amour et d’attachement qui nous unissent à lui.

Catherine Gueguen nous explique que « le bébé ressent du stress lorsqu’il pleure sans être entendu. Ce stress cumulé retarde la maturation de son cerveau et ne nourrit pas son sentiment de sécurité. Il est donc essentiel d’être présent auprès de lui. »

On peut essayer de comprendre les pleurs de Bébé en se posant les questions suivantes :

  • A-t-il faim ?
  • A-t-il besoin de téter ?bébé pleure
  • A-t-il besoin de câlin, de proximité, de contact ?
  • A-t-il besoin d’être rassuré ?
  • A-t-il chaud, froid ?
  • A-t-il besoin d’être changé ?
  • A-t-il mal (coliques, dents, fesses rouges…) ?
  • L’ambiance est-elle stressante, inquiétante… ?

 

Les pleurs de décharge (ou pleurs du soir)

Ils sont souvent très déstabilisants et fatigants pour les parents. Ils peuvent durer longtemps (1h ou 2) et surviennent généralement dans les 1ères semaines de bébé. Ils sont souvent puissants et inconsolables.

Ils servent à se libérer d’une charge émotionnelle et permettent donc au bébé d’évacuer une tension, un stress. Accueillir ces pleurs, c’est permettre pleurs de déchargeau bébé de pleurer et de décharger sans vouloir à tout prix le calmer afin qu’il se sente mieux par la suite et qu’il puisse s’endormir paisiblement ou tout simplement profiter du reste de sa journée. Il est évidemment déconseillé de laisser pleurer bébé tout seul. Il a besoin de notre présence, de notre regard bienveillant et rassurant et de mots réconfortants.

Dans les moments où vous êtes trop fatigué(e), passez le relais ! C’est une période éprouvante pour bébé mais également pour les parents, il est important de se sentir soutenu… patience, ils finiront par se calmer ! Smile

 

Bébé grandit…

En grandissant, les enfants trouvent la voie de la parole et arrive donc mieux à exprimer leurs besoins, mais ils continuent à pleurer, y compris quand leurs besoins semblent satisfaits. Cependant, leurs pleurs ne sont pas forcément attribuables à la tristesse ou à la douleur. Il peut aussi s’agir de peur, de colère, de déception, etc. Ces « crises » sont bénéfiques pour nos loupiots qui évacuent ainsi leurs sentiments désagréables, leurs frustrations et leur stress.

Il est important de prendre conscience de cela pour que nous puissions adapter notre réaction à la cause afin que les besoins de notre enfant soient satisfaits et que le calme revienne.

Les pleurs restent un moyen de communiquer. Pourtant, ces pleurs sont souvent perçus comme « négatifs » et sont la plupart du temps très désagréables pour nous, adultes, car ils « résonnent » en fonction du vécu de chacun. Si dans notre enfance il nous a été interdit de pleurer et donc d’exprimer nos émotions ou si celles-ci n’ont pas été entendues, il sera sans doute « pénible » et difficile à l’âge adulte d’entendre les pleurs de nos enfants et de les supporter.

pleurs d'un enfant

Nous savons aujourd’hui que les pleurs sont utiles et même bénéfiques à notre équilibre. Ils sont des décharges émotionnelles qui contribuent à notre équilibre mental, physique et émotionnel. Ce constat est valable aussi bien pour les enfants que pour les adultes.

Comme l’écrit Aletha Solter (psychologue suisse-américaine), « la plupart d’entre nous n’ont pas pu pleurer librement pour se soulager quand ils étaient enfants. Peu renseignés mais de bonne volonté, nos parents tentaient alors une diversion, nous grondaient nous punissaient, nous isolaient ou bien nous ignoraient. (…) Ce phénomène était encore plus présent pour les garçons que l’on voulait fort et téméraire. »

Notre rôle :

« Quand on a pu pleurer, hurler et être entendu dans ses blessures, on se sent plein, on se sent soi, on se sent réparé et intégré. » – Isabelle Filliozat –

Et vous, comment vivez-vous les pleurs de vos loupiots?

Avec gratitude,

Claire

A très vite…

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :